Rwanda

Le Rwanda, en forme longue la République du Rwanda, en kinyarwanda Repubulika y’u Rwanda, surnommé le « pays des mille collines », est un pays d’Afrique de l’Est. Le Rwanda étend ses 26 338 km2 dans la région des Grands Lacs. Il partage des frontières avec, au nord, l’Ouganda, à l’est, la Tanzanie, au sud, le Burundi, et à l’ouest, la République démocratique du Congo. Sa capitale Kigali est située au centre du pays.

Les Rwandais parlent le kinyarwanda, et vivent dans les collines qui constituent la localisation de référence des habitats. L’histoire du pays est marquée par le génocide des Tutsis perpétré entre avril et juillet 1994.

Le Rwanda est membre de l’Organisation des Nations unies (ONU), de l’Union africaine (UA), depuis juin 2007, de la Communauté d’Afrique de l’Est, de l’Organisation internationale de la francophonie (OIF), et depuis le du Commonwealth of Nations.

En français, les graphies Ruanda et Rouanda ont aussi été utilisées avant l’indépendance en 1962 pour désigner le pays.

 

Le Rwanda fait partie de l’Afrique des grands lacs.
Appelé le Pays des mille collines, le Rwanda est bordé au nord par une chaîne de volcans élevés (3500 à 4 500 mètres), à l’est par les marais de l’Akagera, au sud-est par les marais du Bugesera, au sud-ouest par le massif forestier de Nyungwe, où se trouve la source du Nil, et à l’ouest par l’immense lac Kivu. La capitale, Kigali, est à 1 400 mètres d’altitude et une grande partie du pays est au-dessus de ce niveau. Bien qu’étant situé juste sous l’équateur, du fait de l’altitude, le Rwanda a un climat très agréable et des températures moyennes de 18 à 20 degrés, parfois moins dans certaines régions montagneuses. Le pays ne manque ni de pluies, ni d’eau. Les forêts d’altitude (en diminution) maintiennent des réserves d’eau qui alimentent les rivières dans les périodes plus sèches (juin-août). Il arrive malgré tout qu’il y ait certaines années des périodes de sécheresse.
Les paysages sont très verdoyants, ondoyants, fréquemment couverts de bananeraies et les rivières abondantes. Dans les vallées et jusqu’au sommet des collines, les petites parcelles cultivées à la houe, quadrillent la campagne. Parfois quelques vaches aux grandes cornes sont veillées de loin par un enfant. De grands nuages lambinent dans le ciel bleu. Peu de villages. L’habitat est dispersé dans les collines. Les maisons sont en brique de terre ocre ou en brique cuite pour les plus cossues, toujours dans un jardin clôturé, sauf parfois en bordure de route. Les fenêtres grillagées. Les toits sont en tôle, parfois en tuiles.

Les mille collines du Rwanda dans la région de Gitarama.
Les grandes routes qui relient Kigali et les grandes villes de province sont en bon état ou en cours de réfection, mais les autres routes, en terre rouge ravinée, sont souvent mauvaises. Quel que soit leur état, elles ne sont jamais désertes, et témoignent, selon les mouvements de la population, de la présence des marchés. Les marchandises achetées ou vendues sont transportées dans des pick-up japonais, sur la tête ou sur des vélos, parfois encore sur de massifs vélos en bois (igicugutu en kinyarwanda) qui semblent n’avoir pas de limite de capacité de charge. De nombreux taxis de « 18 places » transportent les gens sur de plus longues distances. L’atmosphère générale donne une impression particulièrement paisible qui contraste avec l’histoire récente. De temps en temps une pluie torrentielle détrempe ce paysage, puis le Soleil réapparaît.

Le Rwanda est le pays le plus densément peuplé d’Afrique continentale (430 habitants par km2) de terres arables41.

Selon le World Refugee Survey 200842 publié par le Comité américain pour les réfugiés et les immigrants (U.S. Committee for Refugees and Immigrants), le Rwanda abritait environ 54 200 réfugiés et demandeurs d’asile en 2007, dont 51 300 de la République démocratique du Congo (Congo-Kinshasa), plus de 2 900 du Burundi, et quelques-uns d’autres pays43. En 2001, la population vivant sous le seuil de la pauvreté est estimée à 60 %1.

Dans ce pays densément peuplé et dont les quatre cinquièmes de la population vivent de l’agriculture, l’accroissement rapide de la population peut mener à la surpopulation, un facteur de conflits dans plusieurs pays africains44. En 2014, alors que trois habitants sur cinq ont moins de 25 ans et que l’âge moyen de la population est de 19 ans, il ne reste pratiquement plus aucune terre en friche44. Avec ce taux de natalité qui demeure élevé, les Nations unies prévoient qu’en l’absence d’une hausse significative de l’émigration, la densité devrait doubler d’ici à 205044. Le pays doit déjà importer des denrées alimentaires44.

Langues

Le kinyarwanda est la langue parlée par l’immense majorité de la population, en 2002, elle était la langue parlée par 99 % de la population49.

Le français, ainsi que le kinyarwanda, étaient les langues officielles du Rwanda depuis la présence belge au début du XXe siècle. Le président Juvénal Habyarimana avait d’abord supprimé l’enseignement du français dans les écoles primaires50, mais il fut rétabli après le génocide des Tutsi par le gouvernement d’union nationale51. Néanmoins, les relations tendues entre le nouveau gouvernement et la France depuis le génocide de 1994, le retour de nombreux Tutsi qui ont grandi en Ouganda (dont l’anglais est l’une des deux langues officielles) ainsi que l’alignement du pays avec les États-Unis52, amènent le gouvernement à vouloir remplacer le français par l’anglais53,54. L’anglais est alors devenu langue officielle en 2003 à côté du kinyarwanda et du français.

En 2010, l’anglais est devenu seule langue d’enseignement public, en remplacement du français, alors qu’en 2002, soit seulement 8 ans plus tôt, le français était la deuxième langue la plus parlée du pays après le kinyarwanda55,56,57. En décembre 2014, les nouveaux billets de franc rwandais sont émis en anglais et en kinyarwanda, le français a disparu, signe que cette langue est en régression58. Le Français est depuis 2016 de nouveau enseigné à partir de la 4ème année du primaire selon le journal Igihe.

En février 2017, l’assemblée nationale vote une loi faisant du swahili une langue nationale. Certains Rwandais avaient fui le génocide en s’exilant dans des pays parlant le swahili en Afrique de l’Est. À leur retour au pays, ils parlent le swahili. D’autre part, le Rwanda s’est allié politiquement, au sein de la Communauté d’Afrique de l’Est, avec des pays voisins qui ont le swahili comme langue officielle et le Rwanda s’est engagé envers la Communauté d’Afrique de l’Est à faire du swahili une langue officielle59.

Le néerlandais, qui fut l’une des langues administratives durant l’occupation belge entre 1919 et 1961 n’est plus parlé que par une centaine de Rwandais âgés de plus de 65 ans, qui sont généralement bilingues (souvent avec le français).[réf. nécessaire]

Religions

Église de Rwamagana.

D’après le recensement de 201260, 43,7 % de la population était catholique, 37,7 % protestante, 11,8 % adventiste, 2 % musulmane, 0,7 % membre des Témoins de Jéhovah, 2,5 % sans religion et 0,1 % animiste61.

Rare héritage de la colonisation allemande, les protestants incluent un nombre important de luthériens (mission de Brême, de 1885 à 1919).

Culture

La culture traditionnelle rwandaise est liée à celle des populations de l’Afrique des grands lacs.

La croyance traditionnelle en un Dieu unique, Imana, sensible à leur condition, les récits oraux, la langue et les proverbes, les chants, les tambours et la danse tiennent une grande place dans cette culture fortement imprégnée des combats des guerriers et des activités agricoles : l’élevage et l’agriculture, et en moindre partie, la chasse et la pêche. Depuis la colonisation, les vêtements occidentaux se sont répandus mais le pagne en coton reste un lien très important pour les femmes entre la tradition et la modernité.

La population est regroupée en clans familiaux et répartie, sur un autre plan, en 3 composantes : les Hutus (84 % de la population), les Tutsis (15 %) et les Twas (1 %)1. Un recensement de 1996 faisait également état de plusieurs minorités : les Banyenkombo (environ 57 000 individus), les Bagogwe62 (500 à 1 500 personnes) et les Banyambo (environ 400 individus).

La culture traditionnelle rwandaise a été fortement marquée par la colonisation allemande puis belge (1894-1961), les Églises chrétiennes (90 % des Rwandais sont chrétiens) et par le génocide de 1994.

Le christianisme, l’écrit, l’automobile, le football, la radio et la télévision, le cinéma, l’informatique, le téléphone, la référence à la citoyenneté commencent à bouleverser profondément les attitudes.

 

Autres informations:

https://fr.wikipedia.org/wiki/Rwanda

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *